Petit épeautre décortiqué Bio Origine France

(1 avis client)

Très digeste, mi- croquant, mi- fondant, le grain de petit épeautre a un goût plus typé que celui du blé, et développe des arômes de noisette.

Cette céréale – très peu modifiée depuis son origine –  est aujourd’hui redécouverte et appréciée pour sa grande digestibilité ainsi que pour sa teneur en magnésium, phosphore et calcium.

2,60 

Poids 0.250 kg
Dimensions 7 × 5 × 16 cm

50% des frais de transport sont offerts pour toute commande inférieure à 49€. Au-delà, la livraison est gratuite !

PAYSANS INDÉPENDANTS.
On sème, on cultive,
on trie, on transforme.
ORIGINE 100% SUD OUEST.
Traçabilité depuis
la parcelle cultivée.
UNE AGRICULTURE BIO
sans labour qui préserve le sol,
la Terre qui nous nourrit.

TECHNIQUES TRADITIONNELLES
ET ÉQUIPEMENTS DE POINTE

pour des produits de grande qualité.
Trempage

Conseillé de 3 à 12h

Cuisson

20 mn (après trempage) à 40 mns (sans trempage)

Dosage

60 à 80g / pers

Préparation et cuisson des grains de petit épeautre

  • Le trempage permet de réduire le temps de cuisson, d’augmenter la biodisponibilité des minéraux et d’éliminer les inhibiteurs d’enzymes (lectines et en acide phytique)
  • Salez toujours en fin de cuisson pour éviter de durcir leur enveloppe et de rallonger le temps de cuisson.
  • Un bouillon aromatique ou un bouquet garni parfumera agréablement ces petits grains.

Simplissime

– Parfumez votre préparation en faisant revenir votre petit épeautre cuit à la poêle dans un peu d’huile, avec de l’ail, de l’oignon, et tout autre accompagnement : lardons, seitan, tofu…

Suivez les conseils de Chef Philippe pour les cuissons et techniques de trempage des graines !

Le conseil cuisine

Vérifiez régulièrement au cours de la cuisson pour un grain à la texture ferme et moelleuse.

Il est très agréable en bouche et se prête aussi bien aux salades qu’aux préparations mijotées. Sa saveur fine se marie très bien avec un poisson, convient à merveille pour un rizotto revisité.

En dessert testez le « riz »au lait version petit épeautre, vous surprendrez vos convives.

Comment sont cultivésnos grains de petit épeautre ?

Nature du sol : sol argileux, exposé aux rayons du soleil du Sud de la France.

Méthode de culture : Agriculture biologique, sans labour, faux semis, couvert végétal l’hiver, désherbage mécanique.

Triage et stockage : Triage mécanique, décorticage, aspiration, et triage optique. Stockage en silo, refroidissement par ventilation.

Semis : Fin octobre / Novembre

Récolte : Juillet 

Cuisiner les grains de petit épeautre

La cuisson parfaite

Cette céréale se cuit dans deux fois son volume d’eau. Rincez et égouttez le petit épeautre. Placez-le dans un faitout avec l’eau froide. Porter à frémissements, couvrez et laissez cuire 20 mn (après trempage) à 30 mns (sans trempage). Coupez le feu et laisser gonfler pendant 5 à 10 mn à couvert. Egouttez si nécessaire.

Il se cuisine comme du riz : en salade, sucré, salé, en risotto, mais aussi en taboulé ou bien en gratins.

Avec son parfum de noix, le petit épeautre change agréablement des classiques.

Essayez-le, vous serez surpris de sa texture !

 

Découvrez nos recettes 

Cretons québécois / sarrasin

Comment résister à un super classique Nord-américain qui en plus d’être savoureux est également végane, sans gluten et sans allergène ? C’est impossible ! Surtout que cette recette de cretons véganes de sarrasin rappelle vraiment les cretons qui sont vendus au Québec.

Je préfère réaliser les cretons 24 heures à l’avance pour laisser le temps aux saveurs de bien se mélanger.

Lotte, lentilles corail et brocolis

Une recette simple, gourmande et saine alliant les oméga-3 du poisson, les vitamines et fibres des légumes et des lentilles. Facilement réadaptable en fonction des arrivages chez votre poissonnier, et des légumes de saison.

Chili sin carne / noix

Très bon même sans viande ! Avec les restes quelques tortillas, un peu de guacamole et voilà de délicieux burritos zéro déchet !

Lisette / pois cassés; en deux cuissons

Les branches de fenouil sec ou bulbe de fenouil frais -femelle de préférence- au parfum méditerranéen, convient bien a la cuisson du poisson. Essayez aussi, avec de l’origan, tout aussi parfumé.

Bienfaits des grains de petit épeautre

Le petit épeautre est un aliment d’une grande qualité.

Il contient les 8 acides aminés (composants des protéines) essentiels à l’organisme.

Abondant en divers minéraux, vous y retrouverez une bonne dose de fer, de zinc ou encore de phosphore pour ne citer que ceux-là. La consommation de petit épeautre participe donc à soutenir les défenses immunitaires, la sphère cardiaque et donner plus de résistance aux os.

Cette céréale contient en plus de nombreuses vitamines.

Très riche en fibres solubles, il est possible d’introduire le petit épeautre et sa farine dans l’alimentation du quotidien pour faciliter le transit intestinal, empêcher le stockage de graisses dans l’organisme, développer la flore intestinale et aussi participer à la sensation de satiété.

C’est un concentré d’énergie naturelle qui vous aidera à retrouver toute votre vitalité !

Des glutens digestes

Il se distingue enfin par son faible taux de gluten.

La teneur en gluten du petit épeautre est d’environ 7 %. C’est un atout pour les personnes hypersensibles qui souhaitent éviter les désagréments associés à la consommation de gluten.

Ayant très peu changé au fil des siècles et n’ayant pas été croisé à ses fins, le gluten du petit épeautre qu’il contient est mieux assimilé que celui du blé. Une étude (Pizzuti D., 2006) a récemment montré que les gliadines qu’il contient ne sont pas toxiques en système de culture d’organes in vitro.

Le petit épeautre possède donc des glutens digestes qui ne déclenchent pas d’allergies ou d’intolérance au gluten. On ne peut toutefois pas le conseiller en cas de maladie cœliaque.

Ces nombreux atouts permettent au petit épeautre de se distinguer largement des autres céréales et expliquent l’intérêt croissant que les nutritionnistes et les consommateurs lui confèrent.

Une source de protéines, complète et économique!

Pour ce qui est des protéines, le petit épeautre apporte à l’organisme les 8 acides aminés essentiels qui, faute d’être synthétisés par l’organisme, doivent nécessairement être apportés par l’alimentation. Le petit épeautre a la particularité de contenir de la lysine, l’acide aminé facteur limitant des autres céréales.

Apport en glucides

La lentille fournit principalement de l’amidon (glucide complexe), dont la consommation est préférable à celle des glucides simples. Grâce à sa richesse en protéines et en fibres, elle a un index glycémique bas: ses glucides, digérés lentement, n’occasionnent pas de pic de glycémie. Elle est donc particulièrement profitable en cas de diabète.

Elle apporte aussi des glucides rares en petites quantités (raffinose et stachyose), qui peuvent être considérés comme des prébiotiques et sont bénéfiques pour notre santé puisqu’ils nourrissent de bonnes bactéries du microbiote intestinal.

Une mine de minéraux

Sa composition en éléments minéraux est bien équilibrée. O. Benlhabib (2005) affirme que 100 g de petit épeautre contiennent 4 fois plus de magnésium que son équivalent en riz brun et 5 fois plus que 100 g de steak, qu’ils apportent le quart de la ration journalière conseillée en calcium, soit l’équivalent de 2 verres de lait. Pour le phosphore, sa teneur est de 50 % supérieure à celle du blé et fait 5 fois celle du soja. Cela lui permet de couvrir la moitié du besoin journalier en phosphore.

En zinc, la teneur est 30 % supérieure à celle du blé.

Or, le magnésium est un antistress, le phosphore participe à notre activité cérébrale et le calcium à notre métabolisme osseux.

Des vitamines en nombre

Cette culture est aussi intéressante du point de vue des vitamines : il est plus riche en vitamines B1 et B2 qu’un blé moderne, et contient 3 à 4 fois plus de bêtacarotène (qui lui donnent sa couleur légèrement orangée), mais aussi en lutéine, un pigment qui protège notre vision et dont la consommation est recommandée dans la prévention de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Ces éléments sont bien connus pour leurs propriétés antioxydantes qui permettent entre autres de prévenir le vieillissement cellulaire.

De plus, ses teneurs en vitamine A sont 35 fois plus élevées que celle du blé !

L’équilibre des protéines

Le petit épeautre contient les 8 acides aminés (composants des protéines) essentiels à l’organisme : tryptophane, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, valine, leucine et isoleucine.

Si les protéines animales les réunissent tous, ce n’est pas le cas des protéines végétales. Ainsi, les céréales sont généralement pauvres en lysine quand les légumineuses le sont en méthionine, ce qui explique qu’il faut combiner les deux dans un régime végétarien pour éviter certaines carences. Le petit épeautre, lui, fait partie des rares céréales à les associer. Le petit épeautre peut désormais être votre allié après d’intenses efforts physiques.

Abondant en divers minéraux, vous y retrouverez une bonne dose de fer, de zinc ou encore de phosphore pour ne citer que ceux-là. La consommation de petit épeautre participe donc à soutenir les défenses immunitaires, la sphère cardiaque et donner plus de résistance aux os. Cette céréale contient en plus de nombreuses vitamines.

Très riche en fibres solubles, il est possible d’introduire le petit épeautre et sa farine dans l’alimentation du quotidien pour faciliter le transit intestinal, empêcher le stockage de graisses dans l’organisme, développer la flore intestinale et aussi participer à la sensation de satiété.

C’est un concentré d’énergie naturelle qui vous aidera à retrouver toute votre vitalité !

Allergènes

Gluten, Soja
Moutarde (sauvage)

Valeurs nutritionnelles
VALEURS NUTRITIONNELLES 1450 kJ/100g – 343kcal/100g
2,24g/100g
0,37g/100g
62,4 g/100g
3,17g/100g
12,1 g/100g
11 g/100g
0,0088g/100g
Valeur énergétique
Quantité de matières grasses
Dont acides gras saturés
Glucides
Dont sucres
Protéines
Fibres
Sel

Qu’est-ce que le petit épeautre ?

L’engrain cultivé est une plante de taille moyenne pouvant atteindre 80 à 120 cm.

Les épillets contiennent généralement un seul grain d’où le nom d’engrain pour « un grain ».

C’est une céréale à faible rendement, adapté aux sols pauvres et arides.

La difficulté est de décortiquer les grains entourés de leur balle, ce qui réduit encore le rendement net puisque le taux de balle dans le grain est proche de 40 %.

Longtemps délaissé pour cause de faible rendement, et donc peu de profit, cette variété est aujourd’hui redécouverte et appréciée pour sa richesse exceptionnelle en magnésium, phosphore et calcium, ainsi que sa grande digestibilité. C’est sa rusticité et ses capacités d’exploration du sol et d’extraction des nutriments élevés qui lui donne ces atouts si particuliers.

Cette céréale a été très peu modifiée depuis son origine car elle est très fortement autogame et n’a pas été l’objet des grands programmes de sélection moderne.

Aux origines de l’agriculture

C’est durant le néolithique, dans le Croissant fertile, il y a plus de 10.000 ans que les hommes qui vivent de chasse et de cueillette ont l’idée de récolter des graines de cette graminée sauvage. Cette première culture domestiquée qui permet de sélectionner les épis les moins fragiles et les plus faciles à récolter correspond à la naissance de l’agriculture.

Quelques sites préhistoriques donnent des traces de petit épeautre dans le Var vers 7.000 ans avant J-C.

L’agriculture romaine préférait le froment et surtout la vigne et l’olivier, ce qui reléguât le petit épeautre sur les terres non cultivées de l’arrière-pays.

Au 5ème siècle après J-C, avec la chute de l’empire romain, les peuplades nordiques envahissent la Provence et provoquent l’exode de populations dans les arrière-pays. Le petit épeautre grâce à ses qualités de robustesse et de conservation permet à ces populations de survivre.

On le retrouve tout au long du moyen âge provençal jusqu’à nos jours.

Au cours des 5.000 dernières années, le petit épeautre a été remplacé par les blés modernes du fait de ses faibles rendements et du travail de transformation qu’il exige.

Le petit épeautre a conservé son patrimoine génétique depuis son origine.

Le Saviez          vous ?

Le petit épeautre n’est pas de l’épeautre !

Attention, aux faux-amis ! En dépit de leurs similitudes de patronyme, le petit épeautre – ou engrain – n’appartient pas à la même espèce que l’épeautre – ou grand épeautre.

Ce dernier est plus facile à produire et offre un rendement supérieur (bien qu’inférieur à celui du blé).

Ses qualités nutritionnelles sont également inférieures à celles du petit épeautre, alors qu’il est moins digeste.

Délaissé au profit de son cousin le blé

Entre le petit épeautre et le blé, il y a une différence essentielle : le grain de l’épeautre ne se décortique pas spontanément, contrairement à celui du blé dont les enveloppes s’enlèvent facilement à la récolte.

Ainsi avec le blé on ne surchargeait pas inutilement les charrettes, et le petit épeautre fut peu à peu délaissé.

Après la période romaine il a été progressivement remplacé par le blé car son rendement été assez faible.

Un compagnon de longue date

Les peuples d’Egypte, les Romains et les Gaulois le cultivaient. La Bible le mentionne plusieurs fois.

1 review for Petit épeautre décortiqué Bio Origine France

  1. Laurent M.

    Je recommande. J’ai été étonné par la texture et la facilité de cuisson.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez nous sur :

Pin It on Pinterest

Share This